Dossier: Bolloré, Lagardère, Sony, Universal à l’assaut de l’entertainment à Abidjan

Conscient du relais de croissance économique mais aussi artistique que peut constituer la Côte d’ivoire dans les prochaines années, Vivendi et Universal, via Bolloré, Lagardère, le Groupe Trace , CFAO etc. investissent le pays et sa perle des lagunes, Abidjan. Les ambitions, redonner un statut majeur de pôle régional du divertissement, de la musique et du lifetstyle. Voyons comment ces grands groupes en majorité françaises se sont activés sur ces secteurs clés.

Les Maisons de disques et de productions artistiques

Universal Music Group

Universal-Music-Group

On annonçait la ville de Dakar, finalement la filiale d’UMG s’est basée à Abidjan, l’idée première est regrouper les locaux de Canal + et ceux du leader mondial de la musique dans un même lieu. Le but « développer un grand réseau panafricain d’infrastructures et de moyens techniques destinés à promouvoir les musiques africaines sur le continent et dans le monde entier ».  De manière technique, il s’agit pour Vincent Bolloré, à la tête de Vivendi à qui appartient Universal Music Group de développer les « synergies » entre « contenus » (programmes télés sur Canal +, développement d’artistes chez Universal Music) et « contenants » (studios et salles de spectacles comme l’Olympia).

Le directeur artistique est le rappeur Black Kent. La signature artistique phare concerne le groupe de rap Kiff No Beat.

Sony Music Entertainment

1437170549889

Après des années d’absences, liées à un marché de la musique mise en échec sur le sol ivoirien (Emi Music, Showbizz). La filiale du numéro deux de l’industrie musicale, Sony Music Entertainment a re-déposé ses valises dans la capitale ivoirienne, le 17 janvier 2017. « Estimant que le marché de la Musique d’Afrique Francophone n’est pas exploité comme il se doit »

Les première signatures sont les groupes Tour 2 Garde, Révolution et l’artiste Hawa Boussim, qui font l’objet d’un buzz favorable dans la sous-région.

Les Médias (Radios et Tv)

8050384-12538597

En ce qui concerne le secteur de l’audiovisuel, le pays a longtemps mené une politique restrictive à l’ouverture aux capitaux privés. Ce qui a garantie le monopole exclusif sur les canaux publics de Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI) depuis 1962.

Le fournisseur Pay TV Canal+Afrique en a profité  pour assoir son monopole sur la transmissions des chaines internationales « payantes ». Cette situation a pris fin en 2016 avec l’arrivée des géants comme Star Times, obtenant elle aussi sa précieuse licence d’exploitation. C’était un coup d’amorce concernant l’ouverture du marché audiovisuel aux chaines de télés privés commerciales avec l’attribution de 4 nouvelles licences.

Côté radios il y’ avait déjà plus de mouvement depuis 3 ans.

Il est bon à savoir que le pays ne comptait jusqu’à présent que deux radios commerciales privées JAM FM et Radio Nostalgie. L’arrivée des 3 nouvelles fréquences de radio commerciales privées est le résultats de l’appel d’offres lancé le 1er décembre 2014. Trois entreprises internationales ont remporté le sésame.

Trace Fm

dossiers-abidjan-nouvelle-capitale-du-divertissement-du-lifestyle-afrobusines-africanmoove-trace

Rentable depuis 2006, le groupe entend, pour se développer, lancer de nouvelles radios c’est dans cette logique que le groupe Trace débarque en Afrique avec une offre radio, le 28 novembre 2015, avec des programmes ciblant les jeunes. L’image de marque des chaines de télé lui donne une notoriété automatique ainsi que la collaboration administrative avec le Molare, en tant que Directeur créatif.

Vibe Radio

dossier-abidjan-nouvelle-capitale-du-divertissement-du-lifestyle-afrobusiness-vibes-radio-africanmoove

Après le Sénégal, le groupe Lagardère Active Radio International (LARI), filiale du groupe français Lagardère, a lancé à Abidjan sa deuxième station de radio Vibe en 2015. Le groupe aurait investi pas moins d’un million d’euros dans ce projet en Côte d’Ivoire et a fait du buzz avec le recrutement des animateurs vedettes comme Konnie Touré (ex. Radio Nostalgie). 90% des recettes de la radio proviendront de la publicité, les 10% restant de événementiel. Le groupe a aussi prévu de s’implanter dans neuf pays africains.

Hit Radio

dossier-abidjan-nouvelle-capitale-du-divertissement-du-lifestyle-afrobusiness-hit-radio-africanmoove

Le 23 février 2015, Le marocain Younes Boumehdi, DG de Hit Radio a inauguré les nouveaux locaux de la station à Abidjan. Montant de l »investissement: 9 millions de dirhams. Portant à onze le nombre de pays subsahariens où le média est installé.

La course continue et les radios présentées sont sur des formats assez proches, avec un coeur de cible jeune et de la variété internationale. Il faudra se différencier car des bruits parlent de l’arrivée des radios urbaines françaises Skyrock FM et NRJ.

Le cas Skyrock FM

Skyrock FM veut s’installer en Côte d’Ivoire, on apprend que son directeur des programmes Laurent Bouneau et le PDG Pierre Bellanger sont à Abidjan et ont rencontré des artistes locaux tels que MC One et Kiff No Beat. Que nous préparent t-ils, un « Skyrock Africa« ?
Est-ce une chance pour la musique Afro-Urbaine du continent africain d’avoir plus de rayonnement en Europe? Une affaire à suivre dont on vous tiendra informé.

Les salles de Spectacles

dossier-abidjan-nouvelle-capitale-du-divertissement-du-lifestyle-afrobusiness-canal-olympia-africanmoove

Abidjan est le lieu incontournable pour les concerts en Afrique, tous les grands artistes africains et internationaux y ont été bien accueillis et sont très attendus en concerts. Le groupe Canal Olympia, fruit du rachat en 2001 par Bolloré de salle parisienne, l’Olympia, comprend cet enjeux. Le programme est de bâtir un véritable réseau de Music Hall Canal Olympia sur le continent. La Guinée, le Sénégal, le Congo en ligne de mire.

Le lifestyle et la nouvelle consommation de masse

On ne pouvait pas évoquer ce sujet sans évoquer de la transitions des types de consommations qui sont conséquences de ces implantations de nouvelles activités.

dossier-abidjan-nouvelle-capitale-du-divertissement-du-lifestyle-afrobusiness-playce-africanmoove1

L’exemple même est le centre commercial Playce, un « Mall » de 20 000 m2, attirant ces ivoiriens de la classe moyenne. Le Club de CFAO est bien représenté dans ce centre et dans la capitale économique (Brioche Dorée, La Grande Récré, La Halle, Jeff de Bruges, Burger King etc.). Les médias aidant à l’assimilation de ces marques et des modes de consommations, les filiales installées obtiennent des résultats satisfaisants résultats malgré les prix 15 % plus élevés qu’en France, liés à importation, chose que le groupe français Carrefour a voulu estomper en collaborant avec des fournisseurs locaux.

La forte croissance économique de la Côte d’Ivoire lui donne un solide statut d’eldorado de l’Afrique de l’ouest francophone, par contre, si développement des canaux de distributions et divertissements il y’a, cela se fera surement avec les règles des firmes françaises, acteurs majeurs avant les locaux.