Belle, Séductrice et surtout talentueuse, Laurette La Perle accepte de répondre aux questions d’AfricanMoove avant la sortie de son album et de son nouveau titre. Tout de suite partons à la découverte de Laurette Laperle.

Pour commencer peux-tu nous parler de ton enfance ? Qu’est-ce que tu voulais faire étant plus jeune ?
Je suis la dernière d’une famille nombreuse. Mon père était médecin et ma mère infirmière. Toutes petite dès l’âge de 8 ans j’ai commencé à chanter dans une chorale classique et quelques années plus tard nous avons créée avec des amis un groupe plutôt de musique chrétienne appelé « poetes of lord ». Depuis mon enfance j’ai toujours rêvé de communiquer des messages d’amour à travers ma voix en particulier et ma musique en général.

Qu’est ce qui t’as donné envie de commencer la musique ?
J’ai été très éclectique pendant mon enfance entre mon père qui écoutait du Koffi mes frères du rap francais et américain, mes grandes sœurs de la variété française, j’ai été fortement inspirée par Lara Fabian, Whitney Houston et Abeti Masikini.

Peux-tu nous parler de ton style musical ? Tantôt rumba avec terminus, tantôt pop avec Twist ? Quels sont les genres musicaux que tu exploites ?
Comme je le disais je suis moi-même très éclectique c’est à dire que j’écoute un peu de tout, mais étant née à Kinshasa et donc bercée par sa richesse culturelle mon style musical avant tout c’est la rumba congolaise. Aujourd’hui avec le développement de l’industrie musicale et les échanges transfrontaliers je rallie ce style musical aux sonorités venues d’ailleurs c’est la raison pour laquelle vous allez avoir une rumba « orientale » avec Terminus mais aussi Une rumba « HIP HOP » avec twist.

Dans ton titre love story tu t’inspires de Mbilia Bel, qu’est-ce que cette artiste représente pour toi ?
Love story c’est mon premier titre sous le label Brown Touch Music je voulais avant tout montrer aux yeux de tous que je suis un pur produit de la culture congolaise. Mbilia Bel à travers sa chanson Beyanga représente pour moi un mélange qui réunit à la fois la musique congolaise, le quotidien de kinshasa et surtout le style diva à la congolaise.

En tant que femme que penses-tu de la place des femmes dans la musique africaine aujourd’hui ?
La musique est un langage à part entière. Nul besoin de connaitre la langue pour apprécier une musique, de ce fait en tant que langage les femmes non seulement d’Afrique mais du monde doivent avoir exactement la même place que les hommes.

Pourquoi est-ce que tu as choisi ce côté de femme séductrice, femme fatale, un peu provocatrice parfois ?
Sans aucune prétention, je ne plains pas de ma plastique je trouve même que c’est atout pour moi alors étant donné que je chante souvent l’amour je n’hésite donc pas à utiliser mes gestuelles pour accompagner les mots d’amours véhiculés à travers mes chansons. Ce qui peut être perçu comme de la séduction n’est pour moi que de l’art corporel qui accompagne ma musique.

Tu parles souvent d’amour dans tes chansons, pourquoi ?
La rumba congolaise est une musique douce et romantique un peu comme le zouk des Antilles. Je suis resté dans les standards de mon style de musique mais c’est aussi parce que je suis une personne très romantique qui a besoin de parler de tout ce qui gravite autour de l’amour et qui a tout simplement besoin d’amour au quotidien.

Si tu devais te décrire en 2 mots que dirais-tu ?
Perfectionniste, Attentionnée.

Si tu avais un conseil à donner à la jeunesse africaine du monde entier que leur dirais-tu ?
Avant d’être quelqu’un il faut d’abord être quelqu’un d’autre c’est à dire qui faut faire un énorme travail sur ses défauts et toujours travailler davantage pour aller de l’avant.

Il paraît que tu as collaboré avec Bana c4 sur leur prochain album ? Comment s’est passé votre rencontre ? Quel est le nom du titre sur lequel vous avez collaboré ?
Oui nous avons enregistré il y a peu de temps un titre qui traite encore une fois d’une histoire d’amour improbable intitulée : Vénus. Le groupe Bana C4 et moi étant de jeunes artistes originaires du même coin, il nous est paru logique et intéressant de travailler ensemble. Nos producteurs respectifs quentin brown pour (brown touch music) et bomaye musik ont d’un accord commun décidé de cette collaboration qui à mon avis ne vous laissera pas indifférents.

Quels sont tes projets pour la suite ?
Je travaille sur mon 1er album à venir LOVE STORY prévu dans le courant de l’année. Après les extraits tel que : Love story, terminus et twist, le public va découvrir dans peu de temps le prochain titre extrait de l’album : Danse avec moi.

Une petite dédicace pour AfricanMoove ?
Merci à AfricanMoove pour cette interview et pour le travail que vous faites pour la culture africaine. Bisous à vous. Laurette Laperle.

Interview by @ayissee