Quand l’art du graff défend les droits des femmes

La jeune graffeuse sénégalaise Dieynaba Sidibé combat quotidiennement, de par son art, pour la défense des droits des femmes. A 27 ans, elle est la première femme graffeuse du pays. Grace à son talent elle participe activement au changement des mentalités au regard de la place de la femme dans la société africaine.

Passionnée de peinture depuis son jeune âge, elle a vite trouvé son dada: le graff. Cependant, ses parents ne l’ont pas suivi dans cette voie. En particulier, sa mère qui rêvait de la voir devenir docteur.

dieynaba-sidibe-graffeuse-senegal-africanmoove-african-moove-

C’est à l’âge de 18 ans, que Dieynaba Sidibé se tourne vers l’art du graffiti. « J’ai commencé à peindre des graffitis en 2008 car je trouvais que je pouvais mieux m’exprimer sur un mur, plus spacieux qu’un canevas » a-t-elle déclaré au webzine One.

Selon elle, à travers l’art du graffiti on peut facilement s’exprimer sur les problèmes sociaux. C’est ce qu’elle essaie de faire avec ses oeuvres où elle prône l’indépendance de la femme africaine. Dieynaba Sidibé espère participer au changement des mentalités et mener son combat aussi loin que possible. Au delà, des droits des femmes, l’artiste est très concernée par les questions environnementales.

A noter, que l’art du graff n’est pas son seul talent. La jeune artiste a véritablement l’art urbain qui coule dans c’est veine. Elle fait partie d’un groupe musical appelé ‘’Le Duo’’ en compagnie de son acolyte Sall Nagari. ’’Le duo’’, travaille actuellement sur leur premier album qui est prévu pour cette année.