Mode – Interview –Dragon Out Of Normality

mode-interview-dragon-out-normality-mode-africanmoove-1

© Terence Hassen

Issu d’une formation littéraire et audiovisuelle, Dylan Nyalibondo, jeune créateur originaire de la République Démocratique du Congo lance en 2010, Dragon Out Of Normality, un label spécialisé dans la customisation sur mesure.

AfricanMoove vous présente cet autodidacte hors-norme.

mode-interview-dragon-out-normality-mode-africanmoove-2

Dylan Nyalibondo par Terence Hassen

Pourquoi avoir choisi la mode ?

Bonne question.

Mes influences musicales ont constitué le début de ce choix. Lorsque j’avais 14ans, l’envol de Kanye West m’a montré à quel point l’univers musical avait un impact sur les vêtements. Chaque nouvelle musique crée une tendance dont les grandes marques s’inspirent. Mais c’est finalement, mon ambition à vouloir laisser mon emprunte dans l’histoire, qui, a concrétisé ce choix. La mode est un domaine, dans lequel, je baigne depuis mon adolescence. Suivre les dernières tendances et leurs élaborations, créer des codes, rendre le streetwear aussi populaire que le luxe constitue mon quotidien. J’ai choisi la mode car les vêtements occupent une grande place dans mon monde, c’est aussi la sphère dans laquelle je pense exceller.

Avez-vous, précédemment, eu des expériences dans ce secteur ? 

J’ai fait un stage dans un dépôt de vêtements à Milan. Mon désir d’apprendre m’a incité à approfondir mes connaissances jusqu’à un niveau qui puisse me permettre de créer ce que j’imagine. Je me considère comme un autodidacte, car, c’est seul que j’ai appris la couture, la peinture, la sérigraphie ainsi que la création de patron.

Que signifie Dragon out of Normality? Pourquoi avez-vous choisi ce nom ?

Dragon out Normality signifie, le dragon n’est pas normal. Ce qui donne l’acronyme « D. O. N. ».

Le dragon est un animal légendaire indompté de l’Homme, c’est aussi l’animal que j’aurais voulu être. L’acronyme « D. O. N » possède une deuxième signification. Les Dons sont de puissants seigneurs, respectés de tous, à titre d’exemple, Don Vito Corleone dans le Parrain 1, Don Pedro Savastano dans Gomorra. J’aurai aimé que ces personnages portent mes créations et les inscrivent dans leurs légendes. Enfin, je me prénomme Dylan Nyalibondo. Mes initiales sont donc, D.N.O, mais lorsqu’on inverse le N et le O et cela donne, « D. O. N ». J’ai trouvé intéressant, le fait qu’à partir de mes initiales, je puisse créer le nom de ma marque. J’ai voulu qu’il soit à la fois anodin et énigmatique afin qu’il suscite l’intrigue et la curiosité.

mode-interview-dragon-out-normality-mode-africanmoove-3                 

                              © Terrence Hassen x Manon Maraninchi/ Magma Jeans, 160€ (On sale)

Comment est né Dragon Out of Normality ?

Il y a 7 ans déjà que l’aventure a commencé.

Je suis hors norme et chaque être humain est unique. C’est cette qualité que je cherche à faire émerger dans mon travail. Dès l’âge de 15 ans je me mis à trouer des jeans par Hobby et à les accorder à mes paires de chaussures. Pour chaque nouvelle acquisition, je créais un design. Fier de mon travail, je me suis donc mis à porter mes créations. Je recevais des louanges de certains, des critiques d’autres. Mes amis, les plus proches, acteurs de la scène artistique parisiennes, ont commencé me demander d’en créer pour eux. Je me suis donc lancé. Je fis le choix de créer des pages sur les réseaux sociaux, afin de montrer mon travail. Ainsi naquit, « l’Atelier D.O.N ». L’aventure dura un an et demie et permis à ceux qui le souhaitaient d’obtenir des créations faites sur mesure. Ce projet avait pour objectif, d’améliorer ma signature et surtout de me rendre capable de créer des pièces hors-du-commun. Avec pour seul soutien, mes amis, je réussis à obtenir des commandes spécifiques et à établir mes propres créations. Mes rêves m’ont amené vers la création du site ou je sortis mes deux premières capsules collections.

mode-interview-dragon-out-normality-mode-africanmoove-4                   

© Terrence Hassen/ King Of Roses Jeans, 150€ (Sold Out)

Quelles sont les productions de votre label, vous spécialisez-vous essentiellement dans les jeans ? 

Je suis spécialisé dans le denim mais cela ne veut pas dire que je ne touche pas à d’autres tissus. Ce que j’aime, c’est innover.

Votre collection est essentiellement disponible sur internet, pourquoi avoir fait ce choix ? 

On ne peut pas réellement parler de collection car il s’agit de productions limitées du fait que je travaille seul. Pour parvenir à les rendre disponible en boutique, il faudrait que j’agrandisse mon entreprise. De plus, Les réseaux sociaux rendent la communication plus rapide et visuellement plus belle.

mode-interview-dragon-out-normality-mode-africanmoove-6

                  © Terrence Hassen x Manon Maraninchi/ Destoyer Jeans, 140€ (On Sale)

Que signifie être jeune entrepreneur en 2017 ?

C’est une route parsemée d’embuches. Personne ne nous aide, si ce n’est nos proches. Nos prédécesseurs ont eu la chance de créer sans crise, quant à nous, nous la vivons. Nous n’avons accès qu’a très peu de budget pour créer. Beaucoup de gens trouvent que nos prix sont chers sans considérer que le coup de production l’est tout autant. Pour ma part je suis seul, avec l’aide de ma compagne et de mes contacts, je m’en sors mais le chemin sera particulièrement long avant de voir le sommet, mais mon ambition et ma persévérance m’ont permis d’être là où je suis actuellement. Alors pourquoi ne pas aller encore plus haut ? Après tout, le ciel n’est que la limite.

Enfin, quels sont vos futurs projets ? 

Un pop-up store, un défilé underground et vivre.

Marie Banimbadio